Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

sainte anne d'auray

  • 9/06/2014 : Temps de prière pour la Bretagne

    LUNDI 9 JUIN 2014( Pentecôte) - A PARTIR 14 H

    AUTEL DE LOUANGE ET D'INTERCESSION POUR LA BRETAGNE
    (Salle de Kériolet - à côté Basilique Sanctuaire STE ANNE D'AURAY)


    ATTENTION - Ce temps de prière est uniquement un temps de louange et d'intercession pour la Bretagne. Nous voulons nous tenir devant le trône de Dieu dans l'adoration afin de prier et d'intercéder afin de prendre en compte ses désirs et ses volontés. ( Il n'y aura pas de prière pour les malades ni de temps de prédication).

    Lien permanent 0 commentaire Imprimer
  • 1/06 : Concert de clôture "Pardoniou" à Ste Anne d'Auray

    Un concert original est à découvrir dans le cadre du Festival Itinéraires 2014 proposé par l'académie de musique sacrée de Sainte Anne d'Auray. Ce concert a lieu ce 1er juin 2014 à 16h30, et si vous le pouvez, ne le manquez pas. La qualité des musiciens autant que le travail de recherche mérite le détour. Et mine de rien, c'est aussi un travail de nouvelle évangélisation et de découverte de l'âme bretonne que de proposer une telle programmation. Amenez donc vos amis, votre entourage... Ils ne seront pas déçus. Profitez aussi pour aller visiter l'exposition "La fête et le Sacré" que nous avions évoqué il y a peu.  

    Voici la présentation de ce concert / spectacle, par Yann Fanch Kemener.

     

    143569.jpgRegard sur l’histoire

     

    Il est nous difficile aujourd’hui de nous plonger dans l’univers de la ferveur populaire  des siècles  précédents. Au dire des voyageurs et différents collecteurs, les routes de Bretagne étaient jonchées de pèlerins, colporteurs, mendiants, chanteurs et voyageurs en tous genres. 

    Ceux-ci se rendant à un marché, une foire, un mariage, un pardon … D’autres s’en allaient invoquer tel ou tel saint afin de s’attirer ses bonnes grâces, car en Bretagne, on le sait, il vaut mieux s’adresser aux saints qu’à Dieu lui même. Dieu le père est seul et il ne saurait où donner de la tête avec toutes ces prières qui montent vers lui. Alors que ces nombreux saints sont les intercesseurs indispensables et les mieux placés pour une bonne gestion des affaires de ce bas monde. Moyennant quoi, il est naturel de récompenser ces actions par des offrandes à la juste mesure des services rendus.

    Comme le dit le proverbe : Ar zant pellañ ‘vez enoret ar muiañ, hag ar zant tostañ ‘n ho anava ar gwelañ. Le saint le plus loin est le mieux honoré, mais le saint le plus proche te connait le mieux. Proche des humains et avant d’accéder aux joies de l’immortalité, les saints ont vécu des vies d’hommes, connu les faiblesses de la nature humaine et les turpitudes de la vie.

    Outre leur pouvoir d’intercéder auprès de la Vierge ou de la Trinité, les saints disposent de pouvoir personnels : Faire marcher les enfants, redonner la vue, soigner la goutte, apporter une « bonne mort », rendre la vraie justice, protéger de la rage etc. 

    Élément important dans le culte des saints, particulièrement des guérisseurs, est la présence d’une fontaine. Certaines de ces eaux, hors de toute médecine, avaient le don de prédiction. Pour savoir si les jeunes gens allaient se marier dans l’année, il suffisait de jeter une pièce ou une épingle dans la fontaine.

    Voir implorer la protection de son saint est un honneur et soi-même on n’hésite pas à entreprendre de longues pérégrinations à pied, pour rendre « ses devoirs » aux bienheureux protecteurs dont on attend quelques indulgences. À défaut, on aura recours à des professionnels de ces pèlerinages, moyennant quelques menues monnaies (St Yves de vérité, Notre Dame de Rumengol…).

    Ces pardons ont lieu à des dates précises, à l’occasion de la fête annuelle de tel ou tel saint. C’est alors qu’une foule fervente et chantante défile derrière les bannières processionnaires, le tout accompagné du son des cloches. Elle chante la gloire et les miracles du saint en interminables couplets. Auprès des nombreux cultes aux diverses Anne, Marie, se côtoie celui des multiples saints autochtones. 

    Quant au pardon, qu’en savons-nous de ses origines ? Il n’en demeure pas moins l’un des lieux majeurs de l’expression de la ferveur bretonne. Depuis quelques années, comme pour renouer avec d’antiques rituels, des pèlerinages comme le Tro-Breizh, les Troménies de Locronan ou de Spézet, les chemins de St Jaques de Compostelle connaissent un regain d’intérêt.

     

    Yann-Fanch Kemener

    Conception et Chant : Yann-Fañch KEMENER

    Bombarde : Fabrice LOTHODE

    Orgue : Michel JEZO

    Harpe : Quentin VESTUR

    Uillepipe : Glenn GOUTHE 

    Accordéon : Jérémie SIMON

    Cornemuse : Hubert RAUD

     

    Plus d'informations en téléchargeant la plaquette

    Découvrez l'interview de Yann Fanch Kemener dans Ouest-France du 23 mai 2014 : 

    « Les pardons sont des lieux d'expression musicale. La ferveur en plus. La musique y rencontre l'intériorité d'une société qui s'interroge sur le sens de la vie, les limites de la science. Ce sont des lieux d'héritage en terme de répertoire musical, intimement lié au voyage intérieur.

    Quand on assiste à un pardon, quand on apprécie le renouveau des pèlerinages, petits ou grands, l'envie de pérégriner musicalement est forte. 

    [...]

    Chacun peut se reconnaître dans l'action d'un saint, qu'il soit connu ou pas. L'exposition de Sainte-Anne-d'Auray est importante à ce niveau parce qu'elle montre l'imprégnation populaire, parle de ferveur et de misère d'une société en majorité paysanne.

    Les pardons se déroulaient au fil des saisons et rythmaient la vie des gens. J'ai naturellement suivi ce tempo. Je marche dans la voie des pardons d'antan. Le spectacle entre donc en résonance avec cette exposition, dans le religieux qui rencontre aussi le profane. »

     

    Lien permanent 0 commentaire Imprimer
  • Jean-Paul II à Sainte Anne d'Auray, le 20 septembre 1996

    Catégories : Histoire / Istor Bzh

    RAPPELONS-NOUS / DALC'HOMP SOÑJ... 

    Lien permanent 0 commentaire Imprimer
  • CONCOURS ORGUE / BOMBARDE A SAINTE ANNE D'AURAY

    Catégories : Chroniques musicales

    Sur Sainte Anne d'Auray ce samedi à l'occasion du premier concours de duo orgues / bombarde, je me suis aperçu que ce type de couple était plus fréquent que je ne me l'imaginais. Les talabarder sont souvent connus, les organistes moins. Quand nous évoquons Jégat, Ihuel n'est pas loin. Mais il y en a d'autres ! Ceux, malheureusement trop peu nombreux, qui étaient à la basilique s'en sont aperçus. 

    L'idée de créer un concours pour dynamiser ce style musical dans le Morbihan est excellente. Comme nous l'avions souligné précédemment, une école de bombarde Jean-Claude Jegat existe au sein de l'Académie d'Arts Sacrés. C'est donc dans cette ligne que ce concours, en lien avec celui de Chantepie, a été mis en place. Il y avait ceux de la catégorie B, d'un bon niveau mais amateur (parmi eux Henri-Pierre Ruello et François Le Nabate)  et ceux de la catégorie A, d'un niveau confirmé (parmi eux des duo comme Jean Baron / Jean-Cédric Salaün, ou encore Fabrice Lothodé & Mickael Gaborieau, Dédé Le Meut et Philippe Bataille, pour ne citer qu'eux). Les 1er prix ont été remportés par Henri-Pierre Ruello et Francois Le Nabate pour la Catégorie B et Dédé Le Meut / Philippe Bataille & Fabrice Lothode / Mickael Gaborieau ex-aequo pour la catégorie A. 

    Le prix du public a été donné à Dédé Le Meut et Philippe Bataille. 

    Et si, partout où cela est possible par la présence de sonneurs et d'organistes, les messes étaient aussi l'occasion de se laisser porter par ces notes bretonnes ? 

     

    EC

     

    Voici deux morceaux choisis  : 


    La vidéo reprend le passage d'Henri Pierre Ruello et François Le Nabate

     

     

    Le vidéo ci-dessous reprend le passage de Jean-Cédric Salaün et Jean Baron

     

     

    Lien permanent 2 commentaires Imprimer
  • HIRIO : Sant Per Keriolet

    StPerKeriolet.jpgPierre de Kériolet 

    Pierre de Kériolet naît à Auray le 14 juillet 1602. Dernier d'une famille de 4 enfants dont il est le seul garçon, il passe son enfance au château de Kerlois, sur la commune de Pluvigner. Malgré une bonne éducation chrétienne, il pose, tout jeune, des problèmes à ses parents par sa méchanceté et sa violence. Ne pouvant l'éduquer comme il le souhaite, ils l'inscrivent au collège des Jésuites à Rennes, mais cela ne retient en rien son intérêt pour les loisirs et le libertinage. 

    Le bandit de Kerlois 

    Il a 22 ans environ quand , après avoir volé ses parents, il s'enfuit de chez eux: c'est le début d'une vie d'aventures inimaginables. 
    Il décide alors de rejoindre le Grand Turc et de se faire mahométan. Pour ce faire, il prend un bateau sur le Danube, mais ne peut dépasser la Hongrie, il tente de s'embarquer pour Constantinople depuis Venise, en vain. Il s'installe alors à Paris, se lance dans la débauche et la sorcellerie : il est tout dévoué à Satan. 

    Quand il décide de revenir en Bretagne, il est plus violent que jamais et se fait rapidement beaucoup d'ennemis. Sa fureur du duel, malgré l'interdiction du roi, le pousse même à provoquer les soldats du gouverneur de Bretagne. 
    Cette rage le pousse à se faire soldat ; il participe ainsi aux guerres italo-allemande. Mais, en rebellion contre la discipline militaire, il quitte l'uniforme à peine un an après son enrolement. 
    Son père meurt à cette époque, lui laissant ainsi qu'à ses soeurs un héritage important. Pierre de Kériolet se fait alors Huguenot et obtient de sa famille des avantages importants sur l'héritage en échange de son retour à l'Eglise catholique, et devient ainsi le maître d'une immense fortune. 

    Plus tard, il a l'ambition de devenir magistrat au parlement de Bretagne, la plus haute cour de justice de la province. Il acheta la charge, passa un petit examen qu'il ne put éviter et le réussit ! Ce fut un immense scandale: Kériolet, juger les autres ! Il put à tout loisir semer la discorde en envenimant les plaintes jusqu'à régler les affaires à l'épée. 

    Dans le même temps il multipliait les aventures, se plaisant à "cajoler les plus belles et tromper les plus sottes". Quand il entrait dans une église, c'était pour se moquer des fidèles, singer le prêtre et tourner en dérision toute chose sacrée. 

    Cependant, tout n'était pas mauvais chez cet homme  : toujours il fit preuve de bonté envers les pauvres, ne refusant jamais l'aumône bien qu'il refusât toujours qu'on le remercie ou qu'on appelle sur lui la banadiction de Dieu. Par ailleurs, il récitait chaque jour un "je vous salue Marie" : par habitude d'enfance, superstition, promesse faite à sa mère? Nul ne le sait. 


    La conversion 

    Une nuit, il eut une vision de l'enfer qui le troubla profondément ; il se confesse, commence à fréquenter l'église et rentre même au couvent, à la Chartreuse d'Auray. Mais au bout de huit jour il en sort et devient pire qu'avant. 

    Nous sommes en 1635. Pierre de Kériolet mène belle et grande vie : vie pleine d'impiété, de débauche, de reniement. 

    C'est alors qu'il entend parler d'évènements étrange qui se passent dans la ville de Loudun : on entend dire que toutes les religieuses d'un couvent sont possédées par le démon et que l'on y fait des exorcismes. Par curiosité malsaine, Kériolet accourt, accompagné de deux compagnons de libertinage. Quatre jours durant il assiste aux exorcisme et en est impressionné. Le cinquième jour, il est prit à partie par une séculière que 'lon exorcisait : elle s'adresse à lui, lui citedes faits précis de sa vie, lui rapelle son voeu non accompli d'aller en pèlerinage à Notre-Dame de Liesse et son séjour à la Chartreuse. Intrigué, Kériolet interroge : 

    "Pourquoi ai-je quitté la Chartreuse ?" 

    "Dieu ne pouvait souffrir un homme si impur dans une si sainte maison. Blasphémateur et athée ! Est-il possible qu'un tel homme reçoive miséricorde ? Ô injustice divine !" lui est-il répondu. 

    Vaincu, Kériolet fait une confession publique, puis se confesse au père Archange, l'exorciste de Loudun. Nous sommes le 3 janvier 1636, Kériolet a 34 ans et vient d'être touché par la grâce. Le lendemain, le démon lui parlera à nouveau, disant que sa conversion est une conquête de Marie. 

    Sur le chemin qui le ramène en Bretagne, Kériolet se fait mendiant, et de retour dans son château de Kerlois, il mène une vie austère faite de prière, de jeûne et d'aumônes. Onze ans après les apparitions de Sainte Anne à Nicolazic, le pèlerinage est en pleine expansion et Kériolet va aider à son développement par sa générosité. 



    Kériolet : aumônier des pauvres 

    Le 7 mars 1637, il est ordonné diacre, et le 28 mars de la même année, Monseigneur de Rosmadec l'ordonne prêtre. L'impossible est devenu réalité : le bandit de Kerlois est devenu prêtre. 

    Cependant, sa conversion ne signifia pas la fin des tentations. Il dut lutter beaucoup et prier de toutes ses forces pour ne pas succomber. 
    Sa maison devint un véritable hôpital pour les mendiants. Il avait une attention particulière pour les malades et les infirmes, voyant le Christ dans chacun d'entre eux. 
    Les années passaient, et autant Kériolet avait inspiré la peur, autant il inspirait dorénavant le respect et la vénération. On voulait le voir, le consulter : mais il se dérobait toujours, voulant demeurer l'aumônier des pauvres. Il voulait toujours réconforter et apaiser et était rempli de miséricorde pour les pêcheurs. 
    En 1658, il tomba malade. Ce fut une rude épreuve, car touché par la grâce, il craignait cependant de paraître devant Dieu à cause de sa vie passée et des péchés qui le tourmentaient sans cesse. Il alla mieux et continua sa mission malgré une grande fatigue. 
    Il venait de plus en plus souvent au Sanctuaire de Sainte Anne où les Carmes lui avait réservé une cellule. 

    Dans la nuit du 21 au 22 septembre 1690, il tomba gravement malade. Le 5 octobre il reçut le sacrement des malades et mourut le 8 octobre : il avait 58 ans. 
    On accourut de tous les environs pour assister à ses obsèques. Il fut enterré dans la chapelle de Sainte Anne, entre la grille du Choeur et les marches de l'Autel et l'on grava sur son tombeau : 


    "Ci-gît Pierre de Kériolet conquête de Marie. 
    Il en fut le fidèle et zélé serviteur." 


    Lorsque la chapelle fut détruite pour faire place à la basilique actuelle, ses restes furent déposés sous l'autel au fond de la basilique, côté nord, face au tombeau d'Yvon Nicolazic.


    Source : Grand Terrier

    Lien permanent 0 commentaire Imprimer
  • 4.000 scouts d’Europe bretons à Sainte Anne d’Auray

    Lu ici :

    Près de 4000 scouts et guides d’Europe venant du Finistère, Côtes d’Armor, Ille et Vilaine, Loire Atlantique et Morbihan se retrouveront ce dimanche 6 octobre pour leur pèlerinage de province à Sainte Anne d’Auray. 
    Le matin, plus de trois milles jeunes, âgés de 12 à 19 ans marcheront vers le sanctuaire, répartis en six tronçons. Dans le même temps, un millier d’enfants âgés de 8 à 12 ans (les louvettes et louveteaux) participeront à des jeux festifs et éducatifs organisés sur le scouts d'europe,sainte anne d'auray,bleimorsanctuaire.

     

    Après le déjeuner un temps est prévu pour s’initier aux danses bretonnes avant un grand rassemblement avec tous les groupes. Après quoi les scouts, guides, louveteaux et louvettes se rendront en procession à l’esplanade du Mémorial, où ils assisteront à la messe solennelle de rentrée, présidée cette année par Monseigneur Denis Moutel, évêque de Saint-Brieuc et Tréguier.

    Les guides et scouts d’Europe bretons accordent une grande importance à ce pèlerinage de province, qui rappelle l’importance de la dimension religieuse dans la pédagogie scoute. Ce pèlerinage offre à tous les jeunes du mouvement un moment privilégié de recueillement, de partage et fraternité quelques semaines après la rentrée scolaire. Il permet aussi aux jeunes Bretons âgés de 8 à 20 ans arrivés récemment dans leur unité de s’intégrer facilement et de mieux appréhender ce qui les unit aux guides et scouts de toute l’Europe.

    Le choix de Sainte-Anne d’Auray n’est pas anodin, les guides et scouts de la province sont très attachés à la dimension culturelle et historique de la Bretagne qu’ils intègrent souvent à leur pédagogie. 

     

    Note d'AR GEDOUR : 


    scouts d'europe,sainte anne d'auray,bleimorCela n'est souvent pas connu des scouts et guide d'Europe actuels, mais le mouvement FSE doit beaucoup aux scouts Bleimor, à Perig et Lizig Géraud - Keraod qui ont travaillé à partir du noyau breton pour créer ce que les jeunes générations connaissent aujourd'hui (pour en savoir plus, cliquez ici). Afin d'enraciner les Scouts d'Europe bretons dans le terroir dans lequel ils évoluent et de manière à ce qu'il participent à un nouvel élan évangélisateur par la culture bretonne, il pourrait être intéressant de la part des chefs d'appuyer sur l'histoire du mouvement via ce prisme breton aux fondations de la FSE.

    Et pourquoi pas (re)créer des structures Bleimor ? Rappelons qu'un badge Bleimor (cf ci-contre) est donné aux unités Scouts d'Europe qui souhaitent mettre l'accent sur la culture bretonne. 

    Lien permanent 0 commentaire Imprimer
  • NICOLAZIC : les photos (1)

    Monseigneur Centène en tenue d'époque pour jouer Mgr de Rosmadec, et le Père Guillevic, recteur du sanctuaire, en barrette, ça vaut le détour. Avant notre billet consacré au son et lumière Nicolazic, voici une photo (source LE TELEGRAMME)

    2203371_15289033-saintelumiere-20130815-v126k.jpg

    Cliquez sur l'image pour l'agrandir / Klikañ war an tresadenn evit brasaat anezhañ.

    Lien permanent 0 commentaire Imprimer
  • YVON NICOLAZIG : un spectacle à ne pas manquer !

    apparition-sainte-anne-2_width250-height.jpgDu samedi 10 au jeudi 15 août 2013

    Le sanctuaire de Sainte Anne d’Auray propose cet été un grand spectacle nocturne sur l’histoire d’Yvon Nicolazic, l’homme à qui Sainte Anne apparut. 


    Durant une heure trente, le public va découvrir, en 21 tableaux l’histoire de ce paysan  breton. Pas moins de 200 bénévoles sont à pied d’œuvre depuis deux mois pour réaliser ce son et lumière. Ils se proposent de faire revivre aux  spectateurs un épisode marquant de l’histoire bretonne aux retentissements encore visibles de nos jours. Au XVIIème siècle vivent au hameau de Ker Anna un pieux paysan, Yvon Nicolazic, et sa famille. Témoin vivant d’apparitions de sainte Anne, Yvon Nicolazic verra son destin bouleversé, entraînant dans son sillage  celui de toute une région.
    Ce spectacle qui s’annonce comme un événement se tiendra les 10, 11, 12, 13 et 15 août à 22h15 (animations à partir de 21h30). 
    Faire vivre le passé à travers un spectacle comme « Yvon Nicolazic, paysan breton », est le meilleur moyen de donner vie à la mémoire du temps. Un magnifique voyage pour ravir petits et grands.

     

    RENSEIGNEMENTS AU: 02 97 57 56 53

    Lien permanent 0 commentaire Imprimer
  • CONCOURS : Gagnez des places pour NICOLAZIG

    Catégories : Loisirs / Dibadennoù

    TENTEZ DE GAGNER DEUX PLACES POUR CE SPECTACLE QUI AURA LIEU A SAINTE ANNE D'AURAY

    POUR PARTICIPER AU TIRAGE AU SORT

    1 - rendez-vous sur le site internet du Sanctuaire de Sainte Anne d'Auray, et retrouvez quelle fut la phrase qu'adressa Sainte Anne à Nicolazig, en version originale et en français. 

    2 - envoyez-nous la réponse et vos coordonnées par mail en cliquant ici. Sous réserve d'avoir donné la bonne réponse, vous participez ainsi au tirage au sort. 

    3 - Une fois votre réponse donnée, augmentez vos chances en publiant un lien vers ce billet sur vos blogs, sites, pages Facebook ou compte Twitter. Une fois cela fait, signalez-nous l'adresse à laquelle vous avez partagé l'information (soit en commentaire de ce billet, soit par mail). Un partage = une chance supplémentaire ; 2 partages = 2 chances supplémentaires, etc... 

    4 - Date limite de participation : 05 août 2013 à 18h - un tirage au sort entre les bonnes réponses sera effectué le 06 août à 20h, déterminant les 2 gagnants de ces 4 places (2X2) pour les 11 et 13 août 2013. 

    Lien permanent 0 commentaire Imprimer
  • "NICOLAZIG" recherche des bénévoles

    Vous avez certainement déjà entendu parler du spectacle son et lumière "Yvon Nicolazic", le futur "Puy du Fou" Breton. Pour avoir les infos concernant le spectacle, nous vous invitons à consulter nos billets précédents et dédiés (sans oublier le concours AR GEDOUR pour gagner des places).

    Dans 10 jours les représentations commencent. C'est déjà le temps de l'installation des décors ... et des gradins. Plus de 200 bénévoles sont partie prenante. Vous pouvez vous aussi rentrer dans l’aventure car les organisateurs ont encore besoin de bénévoles :


    samedi 3 août, installation des gradinstoute la journée

    RDV dès 8h30 au Mémorial de Sainte-Anne-D'Auray. Le repas est offert.

     

    Merci de faire suivre cette information et de vous inscrire très rapidement auprès de Thomas Charrière ( 06 83 92 49 80 ou thomcharr@orange.fr

     

    Pour les jeunes qui rentrent des JMJ de Rio, de Saint-Malo, ou de divers camps, cette journée est l'occasion de faire un "retour" dans une ambiance sympathique... et, pour tous, de découvrir les coulisses d'un spectacle immense.

    PS : bénévoles mineurs acceptés, mais il est impératif de le mentionner lors de l'inscription.

    Lien permanent 0 commentaire Imprimer